Investissement locatif : comprendre le processus de l’amortissement immobilier

Mécanisme fiscal qu’on rencontre fréquemment dans l’investissement locatif d’un bien meublé, l’amortissement immobilier est un excellent moyen pour réduire vos impôts. Il est assez difficile de comprendre en une seule phrase le processus de cette réduction. Cet article vous donne un peu plus de détails sur le fonctionnement de l’amortissement immobilier en investissement locatif.

 

Le principe de base de l’amortissement en investissement locatif

 

Année après année, un bien actif inscrit dans les comptes d’une entreprise perd peu à peu sa valeur suite à l’usure. La comptabilité traduit cette perte en charge s’inscrivant au bilan de l’entreprise en tant qu’amortissement. Par la suite, l’amortissement induit des réductions importantes dans les activités de l’entreprise et donc de ses impôts. Concernant l’immobilier locatif, l’amortissement est régi sous ce même principe de base. Par sa présence, un investisseur peut déduire des loyers perçus une partie prix du logement. Il voit alors sa base imposable diminuée et donc paie moins d’impôts.

 

L’amortissement immobilier en location meublée

 

Selon https://investissement-locatif.org/, l’amortissement immobilier se pratique surtout en location meublée. Un investisseur bénéficie automatiquement de ce mécanisme en mettant en location un bien immobilier meublé avec une recette locative annuelle qui dépasse les 70 000 €. Pour le cas d’une location vide ou d’un régime fiscal en revenus fonciers, l’amortissement locatif ne s’applique pas. Toutefois, en présence d’un certain dispositif de défiscalisation réservé au neuf, on pourrait quand même bénéficier d’un faible taux d’amortissement.

 

Location meublée : un loyer net d’impôt

 

Un statut de location meublée non professionnelle permet au propriétaire du logement de déduire certaines charges comme les intérêts d’emprunt ou les frais de gestion de ses recettes locatives. Réduites à zéro, ces charges sont moins imposables.

Dans un point de vue fiscal, le cumul de déduction entre charges et amortissement est assez intéressant. Pendant cette phase de déduction, l’investisseur stocke des amortissements. Une fois cette période achevée, l’amortissement immobilier entre en jeu pour réduire le pourcentage associé à ses impôts.

 

L’amortissement en location vide, est-ce possible ?

 

Avec les nouveaux régimes fiscaux comme Périssol, Robien ou Besson, on peut bénéficier d’un mécanisme d’amortissement en location vide. Chaque année, l’investisseur déduit une part du prix de son bien avec les loyers perçus. Il crée alors des déficits fonciers s’imputant sur l’ensemble de son revenu. La réduction de ce dernier permet de diminuer les impôts à payer.

Avec la défiscalisation Pinel, on peut également bénéficier d’un taux d’amortissement d’impôts en fonction de la durée du contrat allant de 12 à 21 % du capital investi.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*